09 juillet 2011

I'm a poor lonesome cow-boy...

 On est de retour ! Et oui, il y a quelques semaines, on a fait une petite virée, direction le Texas, et il est grand temps que je vous en parle ! Au menu aujourd’hui, petite leçon d’histoire grâce à la visite d’Austin et de San Antonio, deux villes qui ont joué un rôle capital dans l’histoire de l’état et du pays.

Texas Fishing Online Map

Première étape, Austin. Austin est aujourd’hui la capitale de l’état, ce qui veut dire qu’il y a un capitole à visiter. Cela tombe bien, c’est la première étape de la journée. Le capitole, très imposant, est le plus haut du pays. Il a été bâti avec du granite, ce qui explique la couleur rose, et a été inauguré en 1887. L’intérieur est plutôt impressionant, et, sans être un musée, raconte l’histoire de l’état. Des peintures de héros locaux, comme Davy Crockett. Les portraits de tous les gouverneurs sont alignés, formant une spirale avec les étages, et remonter les escaliers permet de remonter le temps. Quelques anecdotes par-ci par-là, comme le fait que toutes les charnières de portes sont personnalisées pour être à l’effigie de l’état. Les dessins au sol décrivent l’histoire texane de ces derniers siècles…

DSCF4671 DSCF4675 DSCF4689

DSCF4695 DSCF4696 DSCF4697

Prêt pour la leçon d’histoire ? Le texas n’a pas toujours été américain. Les comanches, les apaches, cela vous dit quelque chose ?  Toutes ces tribus se trouvaient sur le sol texan avant l’arrivée des européens vers 1528. Les premiers à explorer ces terres sont les espagnols, qui se baladaient aussi du côté du Mexique. Les français s’y sont frotté, et se sont attribué les terres texanes pendant quelques années, officiellement de 1685 à 1762. En réalité, les français se sont tous fait zigouiller en moins de 5 ans. Les tribus locales ont transformé les rares survivants des maladies de la région en pâté pour chiens. Ou en d’autres termes, les frenchies ont tous été massacrés à la façon amérindienne. Bref, je suis déjà fatiguée de la leçon d’histoire vu que ce qui concerne les français est terminé. Pendant les années qui suivent, l’Espagne, puis le Mexique ont continué à se battre pour ces terres. Avant que les américains ne s’en mêlent, évidemment, pour faire du Texas un de leurs états. Au passage, on notera l’influence des espagnols, qui ont construit bon nombre de missions pour évangéliser tout le monde, (dont la mission San Antonio, qui deviendra le Fort Alamo, mais on reparlera plus tard).

DSCF4694

Voilà pour la leçon d’histoire et le capitole, il est temps de passer à autre chose : le centre-ville ! Austin m’a surprise : la ville n’est pas haute, pas de gratte-ciels (il y a bien quelques haut buildings mais aucun ne mérite le qualificatif !). On se balade sur 6th Street, THE rue d’Austin où il faut aller pour boire un verre, où assister à un concert. Je ne sais pas qui le proclame, mais la ville serait apparemment capitale mondiale du rock. Bref, mondiale, je sais pas, mais c’est vrai que ça doit bien bouger, des concerts sont annoncés dans tous les bars.

DSCF4701 DSCF4702 DSCF4707

DSCF4703 DSCF4706

On ne pouvait pas aller à Austin sans visiter le campus, qui se situe juste derrière le capitole. L’université du Texas (UT) est notre pire ennemie à OU. Les matchs de foot sont tellement chauds niveau supporters qu’ils ne sont jamais joués à Norman ou à Austin, c’est tout le temps à Dallas, ville presque neutre, à mi-chemin entre les deux universités. Leur couleur est l’orange, bien moins chouette que notre beau rouge et blanc. Comment-ça je ne suis pas objective ? En tout cas le campus est immense, et bien moins beau (si, là, je vous assure, je suis tout à fait objective). Mais c’est peut-être parce qu’ils sont suffisamment malin pour avoir arrêté de planter des fleurs partout et de gaspiller de milliers de litres d’eau en irrigation, et ont mis des cactus et du sable à la place. Bref, beaucoup moins de couleur, mais surement beaucoup plus écolo !

DSCF4714 DSCF4716 DSCF4718

DSCF4721 DSCF4722

L’info à préciser, c’est qu’on dépassait les 40° à l’ombre pendant le voyage. On a donc décidé d’aller voir le lac Travis à quelques kms de la ville. Et on a fait trempette évidemment ! Lac pas du tout naturel, mais chouette quand même.

Le lendemain, c’est San Antonio qu’on visite. On a évidemment commencé par le fort Alamo. Le fort est une ancienne mission espagnole, remplie à l’époque de canons et d’américains. Les mexicains ont patienté 13 jours autour du fort, avant de lancer l’assaut. Là aussi, le sang a coulé, tous les américains (à l’exception de quelques enfants) ont été massacrés/executés en moins de deux heures. Pourquoi l’Alamo est-il si fameux pour les américains vu qu’ils y ont tous passé ? Tout est dans la tête. Quelques jours plus tard, une autre bataille commence un peu plus à l’Ouest, et la devise des américains est « Remember the Alamo ». En gros, « battons-nous et ne nous laissons pas massacrer par les mexicains ». Il y a surement une vision plus matérielle de la chose aussi. Lors de la bataille de l’Alamo, de nombreux mexicains ont été tués également, les américains ne se sont pas battus en vain. Ce manque de renfort à sûrement joué en la faveur des américains, qui se sont imposés, et on donc ajouté le Texas à leur liste d’état.

DSCF4737 DSCF4738 DSCF4739

DSCF4741 DSCF4746

Le fort est bien conservé : les remparts sont là, l’ancienne église également. Il y a un petit musée, avec quelques armes, des drapeaux. Et le plus étonnant, la visite est gratuite.

On s’est ensuite baladé du côté du Riverwalk, la petite France à l’américaine. Je ne peux pas mieux le décrire. Allez à Strasbourg, allez à la petite France, et enlevez les colombages (et rajoutez quelques degrés). Ben voilà, vous êtes au Texas. Des restaurants, des terrasses partout, des bateaux avec des touristes.  Très chouette.

DSCF4748 DSCF4752 DSCF4754

DSCF4753 DSCF4756 DSCF4758

On s’est vite arrêté à une mission, mais le timing était contre nous : avant 5 heures il fait trop chaud pour se ballader en plein soleil, mais après 5 heures, les missions ferment. Pas de bol pour nous, car c’est ainsi que ce voyage à la découverte du Texas s’arrête (je garde le passage aux magasins d’usine top secret :-D).

DSCF4765 DSCF4766 DSCF4770

DSCF4773 DSCF4779 DSCF4774

En conclusion, Austin et San Antonio, j’ai beaucoup aimé : deux grandes villes sans pour autant être étouffantes, avec leurs histoires, leurs zones piétonnes. On se croirait presque à la maison !

A bientôt les amis !

 

 

 

Posté par sarahetjerome à 02:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur I'm a poor lonesome cow-boy...

    Mouais

    Petite France, mis à part les bateaux je confirme XP

    Posté par Maitre_Bimbeles, 10 juillet 2011 à 09:33 | | Répondre
Nouveau commentaire